13 mars 2011

Why? How? Who?

Le "Dead Drop" se définit comme:

 "Une goutte morte ou boîte aux lettres morte, est un emplacement utilisé pour passer secrètement des éléments entre deux personnes, sans les obliger à répondre. Ce qui contraste avec la chute en direct, ainsi appelé parce que deux personnes vivent répondre à échanger des objets ou des informations."

Pour l'ariste Aram Bartholl, il s'agit tout d'abord d'un projet artistique en relation avec son oeuvre en général: La confusion des frontières virtuelles et réelles. Ce sont les nouvelles formes d'intéractivités que nous offre le monde numérique qui intéressent l'artiste, et la place que ceux-ci prennent dans notre quotidien. Avec ce projet, l'artiste va se pencher sur la question du partage de données par "Peer-to-Peer" entre internautes et la création de ces réseaux Internet permettant le transfert de données et la mise en place d'un flux d'informations numérique.

Pourquoi, comment et qui ?

Le réseau Peer-to-Peer propose une alternative au réseau de type client-serveur, permettant le partage de données entre internautes. Ainsi, ce type de partage permet une certaine délocalisation des systèmes grâce à l'interconnectivité des ordinateurs, leurs offrant ainsi un rôle de "serveurs". C'est cette interconnectivité que cherche a mettre en place le projet, chaque utilisateurs va devoir aller chercher l'information à la source (clef-USB). C'est une nouvelle manière de communiquer qui permet de se déconnecter du réseau Internet. Ainsi le partage par "Peer-to-Peer" devient physique et plus numérique et créer par conséquent un lieu commun d'échange. C'est un réseau sans codes, sans adhésion, sans droit d'accés; il est ouvert a tous. Chaque "extranautes" va pouvoir venir déposer mais aussi retirer des fichiers et venir ainsi enrichir le flux multimédia. Les deux exemples précèdent de Dead Drop français montre que ce sont des labels musicaux qui vont utiliser le Dead Drop comme moyen de promotion, mettant à disposition du public certain tracks originaux de leur artiste promotionné. 

Pour moi...

C'est un concept novateur puisque ce nouveau moyen de communication amène une nouvelle dimension numérique à notre quotidien. Ce n'est plus l'information qui nous vient, mais l'inverse puisque nous allons à l'information. C'est alors que nous pouvons contrôler l'information que nous souhaitons acquérir et par la suite transmettre. 

Mais (puisqu'il y a toujours un Mais...) je me pose quelque question vis-à-vis du type d'information que l'on aura mis à disposition, sur qui utilisera vraiment ce moyen de communication et qui viendra utiliser ce nouveau moyen de communication.

Je pense ("donc je suis") que ce moyen de communication dit ouvert a tous ne soit en fait réservé qu'a une partie trop infime de la population. Il faut tout d'abord avoir une certaine culture pour connaitre et comprendre ce dispositif (ce que ce blog fait à la perfection, remarquerez vous) et le plus important: l'utiliser. Aussi, une fois ce niveau de culture atteint il faut encore avoir la volonté de participer, et d'entrée dans ce réseau. 

Ensuite, concernant le type d'information que l'ont va pouvoir y retrouver. Je passe sur toutes les intentions malveillantes qui pourrait venir entacher le projet. C'est au travers des deux exemples précédents, que je constate que le réseau ne soit pris en "otage" et contrôle le flux multimédia.

Maintenant n'ayant pas accès à toutes les informations se trouvant sur les clefs, je ne m'avancerais pas plus, mais tenais quand même à partager mes doutes.

HMR

 



 

Posté par Morgalentin à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Why? How? Who?

Nouveau commentaire